En première ligne LogoLe blogue de Devolutions Logo
La première ligne de défense
contre les cyberattaques et
le chaos des TI

MSRDC est désormais pris en charge dans Remote Desktop Manager

MSRDC est désormais pris en charge dans Remote Desktop Manager

Bonne nouvelle! Remote Desktop Manager 2022.1 prend désormais en charge MSRDC comme alternative à MSTSC, avec des connexions RDP intégrées et externes sous Windows. Qu'est-ce que ça signifie? Et quelles sont les différences entre les deux? Lisez la suite!

MSTSC? MSRDC?

Les administrateurs Windows ont souvent le nom « MSTSC » gravé dans leur mémoire après des années passées à le taper pour lancer le client RDP intégré de Windows. Cependant, peu de gens se souviennent de sa signification, alors commençons par quelques définitions :

MSTSC = Microsoft Terminal Services Client (traditionnel, intégré à Windows)

MSRDC = Microsoft Remote Desktop Client (moderne, séparé)

En termes simples, MSTSC est le client RDP classique livré avec Windows et que la plupart des gens connaissent, tandis que MSRDC est le client RDP plus récent qui peut être installé comme une application distincte. MSRDC est principalement destiné à Azure Virtual Desktop. Bien que les deux clients RDP utilisent le même noyau, ils n'ont pas la même interface utilisateur et ne prennent pas en charge exactement les mêmes fonctionnalités et types de redirection.

Différences d'interface utilisateur

MSRDC a l'air génial, alors où est le problème? Si vous l'installez, le premier problème auquel vous serez confronté est qu'il n'y a aucun moyen de lancer une connexion à autre chose qu'Azure Virtual Desktop à partir de l'interface graphique (msrdcw.exe). Ce programme ne fait rien d'autre que de se connecter à un flux Web de fichiers .RDP et de les lancer avec msrdc.exe, l'équivalent de mstsc.exe :

msrdc_mstsc_comparison_fr.png

MSTSC et MSRDC, côte à côte

Ça semble assez facile : lançons simplement msrdc.exe! Cependant, c'est là que MSRDC est moins performant que MSTSC : il n'y a pas d'interface graphique pour spécifier un serveur de destination, modifier quelques options, puis se connecter. La seule façon d'utiliser msrdc.exe directement est de le lancer avec un fichier .RDP, ce qui le rend difficile à utiliser sans un lanceur de connexion tel que Remote Desktop Manager.

Il est dommage que MSRDC ne dispose pas d'une interface graphique simple comme MSTSC, car c'est vraiment la seule chose qui empêche son adoption généralisée par les administrateurs système. Une fois connecté, la principale différence est que MSRDC gère le redimensionnement du bureau de manière très différente, et il dispose même d'une option permettant de déclencher un changement de résolution côté serveur, ce que MSTSC n'a jamais eu (le dimensionnement intelligent étant côté client).

Différences de distribution et de soutien

Comme MSTSC est un composant intégré de Windows, il ne peut être distribué que par le biais d'une mise à jour de Windows, et il suit la même cadence de publication que Windows. Ça signifie qu'il est pris en charge pendant une période plus longue, mais que les mises à jour sont moins fréquentes. MSRDC, en revanche, a un cycle de sortie beaucoup plus rapide avec une fenêtre de maintenance plus courte, puisqu'il ne fait pas partie du système d'exploitation de base. Il est également important de souligner que MSRDC n'est pas officiellement pris en charge par Microsoft pour une utilisation en dehors d'Azure Virtual Desktop. Ça ne signifie pas qu'il va tomber en panne demain... Ça signifie simplement que vous ne pouvez pas ouvrir un billet d'assistance avec Microsoft s'il tombe en panne, parce qu'ils n'ont jamais promis d'assistance en premier lieu.

Alors, pourquoi utiliser MSRDC plutôt que MSTSC, à part pour des petits trucs comme le redimensionnement du bureau côté serveur, s'il n'est pas officiellement pris en charge par Microsoft?

La distribution séparée fait en sorte que vous pouvez passer à une version spécifique de MSRDC si vous rencontrez une régression, ce qui est beaucoup plus difficile à faire avec MSTSC.

Un cycle de publication plus rapide signifie que vous pouvez obtenir des corrections de bogues plus rapidement dans MSRDC qu'avec MSTSC en raison de son cycle de publication plus lent.

Pour la plupart des utilisateurs, s'en tenir à MSTSC est probablement la meilleure approche, sauf si vous souhaitez bénéficier des améliorations spécifiques de MSRDC. Toutefois, lorsqu'on est confronté à un bogue éventuel dans MSTSC, on a maintenant la possibilité d'essayer MSRDC à titre de comparaison. Un grand nombre de bogues et de régressions communs aux deux clients RDP sont d'abord corrigés dans MSRDC, et donc la possibilité de passer de l'un à l'autre est très utile.

Utiliser MSRDC dans Remote Desktop Manager

Tout d'abord, assurez-vous que MSRDC est installé, puisqu'il n'est pas (et ne peut pas être) redistribué avec Remote Desktop Manager. Les administrateurs peuvent également déployer MSRDC sur un grand nombre d'ordinateurs avec des mises à jour automatiques au lieu de l'installer manuellement.

Une fois que c'est fait, modifiez une entrée de connexion RDP, puis allez dans l'onglet Avancé pour changer la propriété de la version de RDP à MSRDC. Cette option est prise en charge pour tous les modes d'affichage (intégré et externe) :

03-07_11-11-16.png

RDP et MSRDC

Une fois que c'est fait, sauvegardez l'entrée de la connexion RDP, puis lancez-la. Félicitations, vous utilisez maintenant MSRDC!

Bien qu'il y ait très peu de différences visuelles, l'utilisation de MSRDC avec le mode intégré charge le Bureau à distance Active X de Microsoft (ActiveX Microsoft RDP) à partir de rdclientax.dll au lieu de mstscax.dll. Il est possible de le confirmer en examinant les DLL chargées dans le processus de Remote Desktop Manager avec des outils comme Process Monitor. Ça n'a peut-être pas l'air de grand-chose, mais trouver comment le faire a été de loin la partie la plus difficile de ce projet de recherche. Tout comme MSRDC n'est pas officiellement pris en charge en dehors d'Azure Virtual Desktop, il n'existe pas de soutien officiel ou de documentation de Microsoft sur la façon d'utiliser le DLL ActiveX MSRDC RDP.

En conclusion

Azure Virtual Desktop est désormais le plus important consommateur de RDP chez Microsoft, ce qui explique pourquoi MSRDC suscite tant d'attention. MSTSC, en revanche, a une interface graphique qui est restée figée dans le temps, sans changements significatifs depuis des années. Le protocole est constamment mis à jour, mais l'absence d'une voie de migration claire de MSTSC à MSRDC pour les cas d'utilisation en dehors d'Azure Virtual Desktop est une occasion manquée. Il faut espérer que Microsoft verra le potentiel qu'offre l'adoption par tous du nouveau client RDP.

Utilisez-vous Azure Virtual Desktop? Et êtes-vous intéressé par l'utilisation de MSRDC au lieu de MSTSC pour tous vos cas d'utilisation de Windows? Faites-nous part de vos commentaires!

Marc-Andre Moreau

Marc-André Moreau, directeur de l'innovation, mène divers projets de recherche et développement chez Devolutions. Fondateur du projet FreeRDP, expert de Remote Desktop Protocol, il est un contributeur open source avec une expérience entrepreneuriale.

Devolutions offre aux professionnels des TI à travers le monde une solution complète de gestion de connexions à distance et de mots de passe.

DEVOLUTIONS.NET | 1000 Notre-Dame, Lavaltrie, QC J5T 1M1, Canada | infos@devolutions.net
Tous droits réservés © 2022 Devolutions