En juillet, le New York Times a publié un article intitulé How Tech Won the Pandemic and Now May Never Lose. Comme le titre l’indique, l’article soutient que, tout au long de la pandémie de COVID-19, la technologie a fourni les outils qui ont rendu la vie et le travail possibles, particulièrement pendant la première moitié de 2020, lorsqu’on croyait réellement que la récession douloureuse se transformerait en une dépression économique catastrophique.

Donc, oui, la technologie est sous les feux de la rampe et connaît son heure de gloire. Mais comme nous le savons tous, la technologie n’est jamais statique. Elle va toujours de l’avant et essaie de repousser les limites du possible. Il ne s’agit pas du passé, mais de l’avenir.

Et à quoi ressemblera cet avenir? De nombreuses tendances technologiques façonnent déjà l’année 2021 et ouvrent la voie aux années et décennies à venir. En voici cinq que je trouve particulièrement fascinantes :

1. Intelligence artificielle

Bon, je sais ce que vous pensez : l’IA n’est certainement pas une nouvelle tendance! En fait, ses origines remontent à 1956. Mais les progrès de l’IA sont nombreux et prometteurs. Voici quelques possibilités remarquables :

  • Des scientifiques de l’Université de Cambridge ont réussi à utiliser l’IA, ainsi que des scanneurs cérébraux et des tests de mémoire, pour développer un algorithme capable de reconnaître la maladie d’Alzheimer à un stade précoce.

  • Des scientifiques de l’Université d’État du Sud de l’Oural ont mis au point un modèle permettant de diagnostiquer plus efficacement les maladies cardiovasculaires et le diabète en utilisant l’IA et la technologie IoT.

  • Les modèles sophistiqués d’IA et de l’apprentissage automatique peuvent aider les organisations à découvrir des modèles, à révéler des anomalies, à faire des prédictions, à prendre de meilleures décisions et à générer des idées.

L’IA a toutefois un côté sombre. Nous sommes arrivés à un point où l’IA peut générer des hypertrucages (mieux connus sous le nom anglais de deepfakes) proches de la perfection. Ces hypertrucages sont, pour beaucoup de gens, totalement impossibles à distinguer des authentiques. L’OCDE a donc énuméré trois principes clés pour réglementer l’impact des solutions d’IA et éviter que cette technologie ne devienne un handicap plutôt qu’un atout :

  • L’IA devrait profiter aux gens et à la planète en favorisant une croissance inclusive, un développement durable et le bien-être.

  • L’IA devrait être conçue de manière à respecter l’État de droit, les droits de l’homme, les valeurs démocratiques et la diversité.

  • L’IA devrait comporter des garanties, par exemple, permettre l’intervention humaine si nécessaire afin de s’assurer de vivre dans une société juste et équitable.

2. Équité, diversité et inclusion

Deloitte souligne que l’IA peut permettre aux dirigeants de comprendre les comportements des individus et leur évolution dans le temps. Cela les aide à renforcer et à mettre de l’avant les comportements qui favorisent l’équité, la diversité et l’inclusion dans l’ensemble de l’organisation.

On ne parle pas seulement d’une obligation éthique, mais aussi d’une priorité stratégique. Des recherches ont montré que les organisations dotées d’une culture inclusive ont deux fois plus de chances d’atteindre ou de dépasser leurs objectifs financiers que celles qui ne le sont pas. Elles sont également trois fois plus susceptibles d’être performantes, six fois plus susceptibles d’être innovantes et agiles et huit fois plus susceptibles d’obtenir de meilleurs résultats commerciaux.

Il existe de plus en plus de solutions d’IA conçues pour aider les organisations à établir et à piloter leur programme d’inclusion. Parmi les plus intéressantes, citons les tableaux de bord personnalisés qui utilisent des analyses basées sur le nuage et génèrent une visibilité des progrès, des opportunités et des obstacles liés à l’équité, la diversité et l’inclusion.

3. Informatique quantique

Tout comme l’IA, l’informatique quantique n’est pas nouvelle. Toutefois, l’utilisation potentielle d’algorithmes quantiques dans les techniques d’IA pourrait entraîner une augmentation massive et sans précédent des capacités de calcul. Cela permettrait d’augmenter la capacité, la vitesse et la fiabilité lors de la résolution de problèmes très complexes dans une variété de domaines commerciaux et scientifiques.

Google est un acteur majeur dans le domaine de l’informatique quantique et a récemment réalisé une percée avec la découverte des cristaux de temps (dont l’hypothèse a été formulée pour la première fois en 2012 par le physicien Frank Wilczek, lauréat du prix Nobel). Les cristaux temporels sont constitués d’atomes disposés selon un motif répétitif dans l’espace. Cette conception leur permet de changer de forme au fil du temps, mais sans perdre d’énergie ni surchauffer. Comme les cristaux temporels évoluent en permanence et n’ont pas besoin de beaucoup d’énergie, ils pourraient être extrêmement utiles pour l’informatique quantique, qui repose sur des bits quantiques très fragiles et susceptibles de se désintégrer.

4. Chaîne de blocs

Beaucoup de gens pensent que la technologie chaîne de blocs (de l’anglais blockchain) est exclusive aux cryptomonnaies comme le bitcoin. Il existe toutefois de nombreuses applications intéressantes et prometteuses dans d’autres domaines. Par exemple :

  • Santé : aider les patients et les médecins à transférer en toute sécurité des informations médicales sensibles.

  • Immobilier : émettre des titres de propriété instantanément et acheter des propriétés avec de la cryptomonnaie.

  • Cybersécurité : retirer les mots de passe d’un serveur centralisé et utiliser des solutions biométriques et sans mot de passe pour rendre les appareils IoT pratiquement impossibles à pirater.

  • Gestion des documents : renforcer la sécurité des certificats de naissance, des certificats de décès, des cartes d’électeurs, etc.

  • Logistique : aider les entreprises à suivre la progression des marchandises expédiées, à stocker des informations sur les conducteurs et les matériaux, à gérer les paiements et à traiter les contrats intelligents.

  • Objets de collection : aider les particuliers à créer, suivre et échanger des NFT numériques.

Pour en savoir plus sur la manière dont les chaînes de blocs modifient et modifieront tout, de la manière dont nous accédons aux soins de santé à la manière dont nous apprécions notre musique préférée, consultez cet article.

5. Espaces de travail numériques

Un espace de travail numérique est la version virtuelle et moderne du bureau traditionnel. Il fournit des services personnalisés basés sur les rôles. Il offre toutes les applications, les données et la collaboration dont les travailleurs ont besoin par le biais d’une expérience en ligne semblable à celle du consommateur.

Même avant la COVID-19, les espaces de travail numériques étaient en plein essor. La pandémie a considérablement accéléré cette tendance, puisqu’un nombre croissant d’organisations se défont de biens immobiliers coûteux (surtout s’ils sont situés dans une zone urbaine). Les analystes prévoient que la taille du marché mondial des espaces de travail numériques atteindra 90,52 milliards $US d’ici 2028, contre 19,46 milliards $US en 2020.

Un des facteurs clés de la croissance et de la popularité des espaces de travail numériques est que les employés de partout peuvent travailler pour des entreprises situées dans une autre ville, un autre pays ou un autre continent. Par exemple, un développeur de logiciels en Mongolie qui aspire à travailler pour Apple n’a pas nécessairement besoin de déménager à Cupertino, en Californie. S’il existe un espace de travail numérique à proximité, il peut simplement s’y connecter et réaliser son rêve.

À l’avenir

La légende de la science-fiction Arthur C. Clarke disait dans sa troisième loi que « toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie ». Eh bien, les technologies mises en évidence ci-dessus ne sont certainement pas une illusion. Reste qu’elles ont le potentiel de réinventer fondamentalement notre monde, alors on peut nous pardonner d’être étonnés et stupéfaits. Non, ce n’est pas de la magie, mais presque!